Carte musique jeune, le fiasco ?

Et voilà que l’on reparle de la carte musique jeune, qui après avoir connue d’innombrables départs avortés a récemment été mise en ligne via un portail accessible sur carte musique.gouv.  Si la vertu initiale reste officiellement l’accès au téléchargement légal de musique pour 25 euros (crédité 50) à destination exclusive des 12/25 ans, de nombreuses failles viennent d’être mise à jour. 

En effet, la subvention versée permettrait de nombreux détournements n’ayant rien à voir avec la musique comme l’achat de logiciels, de films, voir des plus-value possibles pour les développeurs les plus malins à contourner le système. De plus, il semblerait qu’une simple déclaration sur l’honneur suffise à justifier son âge. Dès lors n’importe qui pourrait profiter des 5 millions d’unités mises à disposition par l’Etat. L’absence de contrôle des données offrirait même la possibilité de multiplier à l’infini les ouvertures de compte, par la simple multiplication des adresses emails. Pire l’offre réservée à la seule France serait accessible depuis l’étranger, si bien que l’on ne sait plus s’il faut louer cet amateurisme que la blogosphère s’amuse à relayer en boucle. 

Nicolas Dupont Aignan a lancé le dernier pavé en mousse numérique. Interrogé par Europe 1, le député de l’Essonne qualifie l’un des clips de promotions de…raciste. A y voir de plus près, on notera surtout que l’ensemble des métrages en ligne flirt surtout avec un fort accent de « jeunisme », qui colle aux bask’ de la médiocrité comme le sparadrap au doigt du Capitaine Haddock. Quand à l’interface proposée sur le site du ministère de la culture, elle met carrément en exergue la précipitation avec laquelle la chose a été mise en place. 

Fort d’un budget de 75 millions€ sur 3 ans, les premiers échos officiels annoncent déjà l’écoulement de 10 000 cartes. 

Publicités