Gettysburgh par Ridley et Tony Scott

Et José Dayan avala son cigare…
 
Commémorant les 150 ans d’une bataille qui a vue basculer le destin d’une guerre, Ridley et Tony Scott, dont la filmographie est aussi prétentieuse que la longueur du Mississippi, viennent de mettre en boite un documentaire blockbuster à découvrir en 6 épisodes de 15 minutes.


Si certains américains ne savent toujours pas situer sur une carte les pays qu’ils envahissent, Gettysburg, banlieue d’une Pensylvannie de briques rouges, ne connaît probablement pas ce mépris. Haut lieu de la Guerre de Sécession, qui vue s’affronter le nord et le sud d’un même pays pendant 4 longues années, la bourgade de 8000 habitants concentre le paradigme d’un pays engoncé entre le native, le pionnier, Lee, Meade, l’amendement et la cohésion.
C’est avec ce bout de mémoire et un teaser « costume, hémoglobine, Placebo » que les frères Scott, d’Alien et de Top Gun, s’attaquent à la vulgarisation du passé collectif. Loin de personnifier la théatralisation de la guerre, Gettysburg mêle habillement reconstitution trash et interventions pédagogiques. Vulgarisant leur propre destinée, ces américains là démontrent une nouvelle fois leur immense capacité à regarder les douleurs communes. Lorsque d’autres n’ont que « les maîtres du pain » pour se faire une idée de ce qu’ils sont. 
Publicités