Super Box


Superman


On a connu des bidouilleurs graphiques de super héros avant Danny Has. Et on en connaîtra d’autres bien après lui. Puisque un certain capitalisme n’a pas réussi son pari, il est probable que cette abondance de super héros qui inonde nos écrans réponde à une requête collective inconsciente. Sorte de nostalgie d’un monde binaire dans lequel l’emploi de la force pouvait répondre à la moindre emmerde. Au delà des analyses foireuses, le graphiste Danny Has vient surtout apporter la subtile touche d’ambivalence qui manquait à ces types. Superman en Kent binoclard, Batman en goldenboy torturé et Spiderman aux allures d’étudiant fauché. Avec des sauveurs du monde en schizophrènes comme les autres, Has vient presque nous interroger sur notre propre capacité de révolte. Car à défaut de mater tout ça avec nostalgie, la question de savoir si nous ne sommes pas, au fond de nous, les supers héros de nos existences reste posée.
 

 

 

 

Superbe

Alors qu’une lampe coincée au fond d’un coussin ne pourrait avoir que des allures de gadget, Luminaid s’impose du côté de l’innovation mais pas seulement. Oublié des Télé Shopping et autre Pierre Bellemard, l’oeuvre d’Anna Stork et d’Andrea Sreshta se présente sous la forme d’une pochette plastique photovoltaïque, extrêmement maniable, étanche et capable d’offrir pas moins de 6 heures de lumières en complète autonomie. Si le concept technologique est à surligner, sa capacité à combiner développement durable et praticité, marketing et humanitaire, l’est tout autant. Capable d’apporter une source lumineuse à une population en danger ou d’éclairer une lecture au fond d’un lit. Disponible pour accueillir le logo d’une enseigne et transportable dans toute sorte d’activité extrême, Luminaids’est engagé dans une démarche de développement de son produit. En mode crowdfunding, elle invite dès à présent un large public à investir, s’engager et partager son invention.

 

Super flux

A l’heure du Cloud qui fait s’envoler les données dans les nuages, on pourrait croire que la dématérialisation aura bientôt raison de toutes choses palpables. Avec leur mini imprimante, les anglais de Bergcloud viennent de redonner leurs lettres de noblesse à la paperasse. Contrôlé depuis votre téléphone, Little Printer imprime sous forme de journal l’ensemble de vos données en ligne (plan, jeux, news…). Associé aux géants Google et Foursquare pour ne parler que de ceux là, Little Printer sera disponible à la vente l’année prochaine. En attendant vous pouvez d’ores et déjà rejoindre la liste de diffusion, histoire de vous tenir au parfum.

Super Woman

Sur la liste d’un Père Noël généreux on pourra toujours cocher le dernier livre Bert Stern, photographe de la dernière séance offerte au monde par Marylin Monroe. Accompagné par les mots de NormanMailer, biographe légendaire de la sulfureuse, cette dernière séance traîne avec elle le souffre d’être la plus osée de toute. Vendu par les éditionsTaschen sous coffret collector en 125 exemplaires numérotés, le précieux s’offre une impression à l’ancienne en « Striped Scarf » et un prix à 4 chiffres….1750 euros. Quand bien même faudra t’il excuser le marketing de la légende d’être une grosse ficelle, on conviendra que dans une apologie de corps décharnés, seule Marylin méritait ça. Who else ?

 
 
 
 



Superficiel

A la ringardise, le tapis de pallier de porte dispute la première place à ceux qui ornent leurs maisons de petits noms bucoliques. Pourtant aussi peu geek que tu sois, il n’est guère pensable de pouvoir résister à ce magnifique tapis « Enter » . Capable d’annoncer la couleur de vos intentions, il décrottera autant les « ribouis » de vos hôtes, qu’il rendra jaloux Damidot de ne pas y avoir pensé. 


Publicités