Boxsons met Arnaud Delsaux en apesanteur

Pour un ouvrier de la plénitude, Arnaud Delsaux conserve décidément beaucoup d’or au fond de la voix. Capté par l’oeil de Boxsons, son « Yalla » bleu et à cordes vient surtout confirmer l’incroyable richesse de cette gueule d’ange. Il faut dire qu’à force d’écumer les scènes, l’artiste a fini par y faire régner une étrange atmosphère. Celle – ci n’excuserait presque aucun a priori, ni la moindre réticence. Emballant le pauvre chaland au coeur de pierre, elle condamne, inflige et ne néglige finalement aucun des artifices qui font d’un artisan un artiste. Voix qui s’écorche, son qui accroche, l’apesanteur de ce cover joue ici tout son rôle et laisse même en suspend une agréable  interrogation. 

– Est – ce que tout ce qui brille est forcément perceptible à l’oeil nu ?

Publicités